Rechercher dans Kiteb.net

Aujourd'hui: Le 26 février 2017
Visites aujourd'hui : 1419
Top visites par jour : 20752
Le 18 mai 2016
Visiteurs en ligne: 6
  home
Dévélopper sa mémoire
edu
~Etapes de dévéloppement~
Informatique

précédentLois de la mémoire Conclusion suivant

Dévélopper sa mémoire

Dévélopper sa mémoire

2.Etapes de dévelopement

Développer sa mémoire c'est donc:

faire attention,
hiérarchiser,
associer
et répéter.

> Haut <

a- FAITES ATTENTION

« L'attention, disait Montaigne, est le burin de la mémoire. » Pourtant, la plupart des adultes, pas seulement des élèves, sont incapables d'un simple quart d'heure d'ap­plication continue; « le jour ou vous êtes capable de ce quart d'heure, tout est sauvé» (M. Prévost). Pour y parvenir, créez d'abord les conditions matérielles et psy­chologiques de l'attention, c'est-à-dire:

Et maintenant à vous de jouer!

> Haut <

b-HIÉRARCHISEZ

Supposons que vous ayez à apprendre une leçon d'histoire sur la Troisième République entre 1871 et 1914. Ayez deux réflexes:

Premier réflexe: la leçon, c'est-à-dire feuilletez rapidement les pages de votre chapitre pour repérer les titres des parties et des sous parties. Par une sorte de vision cavalière, essayez de saisir les grandes divisions du chapitre et leur enchainement. Apprenez tout de suite le plan général de la leçon, au besoin, recopiez-le sur une fiche en laissant beaucoup d'espace entre les différentes parties. Dans notre exemple :

première partie: la République conservatrice (1871-1879),
deuxième partie: la République modérée (1879-1899),
troisième partie: la République radicale (1899-1914).

Dégagez alors la problématique du sujet et le fil conducteur; généralement, une phrase suffit;

Exemple: après huit années d'incertitudes (1871-1879), le régime républicain est consolidé par d'importantes mesures législatives (1879-1899), mais l' Affaire Dreyfus ouvre une période de conflits religieux, sociaux et politiques (1899.1914).

Ce «désossage » vaut pour toutes les disciplines;

exemple: un chapitre sur l'acide sulfurique fera apparaitre les pro­priétés physiques, les propriétés chimiques, la préparation et les usages industriels, etc.

Cet effort de domination et de cohérence est essentiel, car il vous permet de disposer d'une armature solide sur laquelle vous pouvez ensuite «greffer» toutes les autres connaissances sans risquer de vous « noyer ».

Deuxième réflexe: allez toujours du général au particulier. Descendez lentement dans le détail en reliant constamment les faits les uns aux autres et en les situant exactement à l'intérieur du plan général. Examinez maintenant votre première partie: « la République conservatrice» 1871.1879 et recommencez le même travail de filtrage et de décantation. Identifiez les grandes articulations et apprenez d'abord les titres des sons"parties tout en les reportant sur votre fiche. Procédez à la manière de Napoléon qui disait: « Il y a beaucoup de bons généraux en Europe, mais ils voient trop de choses; moi, je vois les masses et je les attaque, sûr que les accessoires tomberont ensuite d'eux-mêmes ». Cette méthode est aussi très efficace pour la poésie, bien qu'on songe rarement à l'utiliser. « Quand on se trouve en face d'un morceau qu'on doit réciter, le premier travail doit être de se rendre compte de l'architecture du morceau, de retrouver le plan dans l'exécution, de chercher le chemin qu'a suivi l'auteur, de voir par ail il a passé, où il a tendu; de se dessiner, pour ainsi dire il soi-même l'ordre des idées» (E. Legouvé).

En prenant l'habitude de hiérarchiser ainsi les idées principales et les idées secondaires, vous éviterez l'impression décourageante d'accumulation et d'émiettement; vos souvenirs ne se réduiront pas à un amoncèlement de détails et de bribes éparses. Vous éviterez l'écueil d'une «mémoire-bazar ».

> Haut <

c-ASSOCIEZ LES DIFFÉRENTES FORMES DE MÉMOIRE

> Haut <

d-ASSOCIEZ AUSSI LES IDÉES
en particulier:

Associez à chaque mot, une idée: n'apprenez aucun mot nouveau avant de l'avoir parfaitement compris. Comprendre signifie littéralement « prendre avec soi », c'est-à-dire « tenir» sinon « retenir ». Pour éviter le psittacisme, recourez souvent au dictionnaire.

Associez à chaque terme géographique une localisation précise; apprendre une leçon de géographie sans situer les pays, les villes, les fleuves ou les mon­tagnes sur l'atlas, c'est perdre son temps.

Associez à chaque date un contexte chronologique; apprenez l'histoire par périodes d'au moins un demi-siècle. Isolez d'abord de vastes tranches chronologiques (exemple: la Troisième République 1870-1940) à l'intérieur desquelles vous situerez quelques points de repère bien choisis (lois scolaires, boulangisme, affaire Dreyfus, etc.). Contrairement à une idée fort répandue, on ne gagne rien à apprendre les dates « mécaniquement» ; mieux vaut les relier à un contexte plus général, soit dans le temps, soit dans l'espace. On peut ainsi chercher pour chaque date, les concomitances, c'est-à-dire les évènements qui se sont produits au même moment dans d'autres parties du monde.

Associez enfin les idées aux idées, en rapprochant ce que vous apprenez de ce que vous savez déjà. Vous pouvez procéder par contigüité, par analogie ou par contraste .

> Haut <

e-RÉPÉTEZ

L'expérience du chien de Pavlov montre que le souvenir ressurgit intact après un temps de repos. C'est pourquoi il vaut toujours mieux travailler par séquences fractionnées. De même que dix minutes quotidiennes d'exercices abdominaux sont plus efficaces qu'une journée de sport hebdomadaire, de même des révisions soigneusement dosées ont un meilleur rendement que d'intenses « coups de collier» avant les examens.
Dès lors trois habitudes sont à acquérir très vite:

> Haut <

Première habitude:
prendre de l'avance, si une leçon est donnée le mardi 7 pour le mardi 14, commencez à la « dégrossir» dès la soirée du 7. S'il s'agit d'un cours, relisez-le immédiatement après la classe, pendant qu'il est encore « frais» dans votre esprit: corrigez les fautes d'orthographe, complétez les blancs, soulignez les titres et les passages essentiels, ajoutez vos remarques personnelles et commencez à apprendre le plan. Vous pourrez ensuite entreprendre l'étude détaillée le 8 puis achever le 12. Entre temps votre subconscient aura travaillé pour vous.

> Haut <

Deuxième habitude :
se chronométrer ; ce qu'il faut fuir par dessus tout, c'est le demi-travail, cet état de divagation et de somnolence qui peu à peu engourdit vos yeux sur le livre, pendant que votre esprit vagabonde vers d'autres horizons! Pour soutenir l'attention dans ces moments difficiles, un seul remède: découvrir votre coefficient personnel d'assimilation (CPA). Voici la méthode: posez votre montre devant vous, apprenez le plan du chapitre puis essayez pendant 3/4- d'heure d'apprendre de tontes vos forces un certain nombre de pages. toutes les cinq minutes, inscrivez au crayon, en marge du livre ou du cahier le temps que vous employez: 5, 10, 15, 20, etc. Le lendemain essayez de reconstituer par écrit ou sur cassette la leçon. Si vous retrouvez à peu près tout jusqu'à 25 ou 30, c'est que le coefficient d'assimilation est 30. Dans ces conditions, travailler sur une même leçon plus d'une demi-heure est totalement inutile. Il faut changer d'activité, par exemple passer de l'histoire à l'anglais. Votre coefficient peut d'ailleurs être différent selon les matières. L'entrainement vous permettra vite d'améliorer votre score.

> Haut <

Troisième habitude :
réviser constamment. C'est la méthode des étudiants qui préparent HEC, médecine ou l'agrégation. Rabelais, dans l'éducation de Gargantua, prévoyait jusqu'à huit révisions par jour! « Une impression unique est en effet toujours inefficace» (J. Payot). Des psychologues américains ont montré que nous oublions plus de 50 % de ce que nous avons « appris » au bout d'une demi heure !... La meilleure technique consiste à repasser les leçons le soir juste avant de s'endormir et à espacer ensuite progressivement les phases de révision. Une leçon apprise le 7 à 17 heures aura plus de chance d'être retenue si elle est révisée le soir même vers 21 heures, puis le lendemain, puis le 12, puis deux semaines plus tard. En langues vivantes, si vous avez un carnet d'expressions à apprendre, dessinez en bas de chaque page, 10 petites cases numérotées; chaque fois que vous savez à fond une page barrez la case na 1 après la première révision, la case na 2, etc. Vous constaterez à la 5é ou 6é révision que le vocabulaire de la page est définitivement ancré dans votre mémoire.


précédentLois de la mémoire Conclusion suivant


home > Education > Psychologie > Méthodes de travail > Dévélopper sa mémoire

Dernière modification: 03 février 2017

K i t e b . n e t © 2008-2017